vendredi 6 avril 2012

Star Wars : une archéologie du futur... euh du passé !

Il y a longtemps, très longtemps...
Ça commence comme ça et évidemment tout de suite après les images sont bien celles d'un futur.
Star Wars, La Guerre des étoiles, est un chef d'œuvre dont l'influence sur le monde de l'architecture ne fait aucun doute à moins que cela ne soit le contraire.
Amusons-nous, nous avons bien le droit, à trouver quelques possibles échanges entre la Trilogie de Georges Lucas et quelques cartes postales récemment atterries dans ma collection.
Le fait que j'aie trouvé cette carte postale...


...en cherchant tout autre chose n'est pas pour rien dans ce désir ! Cette carte postale reprend l'affiche du second volet, le plus beau, le plus fort. Elle est datée de 1984.
Vous allez voir que parfois je tire un peu beaucoup la ficelle, mais on s'en fiche non ?
Ce qui compte c'est d'aimer, le prétexte pour aimer n'a que peu d'importance.
Allez hop !


D'abord une salle de concert pour que l'Empereur puisse écouter un orgue sinistre et sombre, celui du Côté Obscur...
La grande main fait bien évidemment référence à celle perdue du fils de Vador, Luke, dans un jeu symbolique qui n'aura pas échappé aux aficionados. Il faudrait, pour être parfaite, que cette salle de concert de l'Empereur se sépare de ses chaises en plastique.
Puis :

Non il ne s'agit pas de bâtiments mais d'une paire de filtres à protons de l'un des vaisseaux de la Rébellion. Déposés sur terre suite à une panne de moteur, ils sont aujourd'hui squattés par des étudiants pour en faire des logements pas trop chers. La taille d'un tel élément mécanique laisse présager de la dimension de l'ensemble du vaisseau. Il s'agit pourtant de l'une de ses plus petites pièces mécaniques...
Continuons...

Ce radar de défense prit place sur la planète Hoth mais sa vocation militaire ici n'est pas très utile. Il sert donc surtout ici à contrôler la forme et la puissance des nuages, il ne sert à rien en fait. C'est pour cela que le photographe a choisi de coller un arbuste au premier plan qui est bien le sujet de cette image !
Enfin...
Oui...
Je sais...
Ce... comment dire ?... cette chose construite est bien un vaisseau interstellaire de Classe A à vocation diplomatique. Perdu quelque part sur les terres arides, il dispose d'une carapace fortifiée et d'un système de plantation de pelouse automatique dès son atterrissage !
Ce qui ressemble à des lampadaires tout autour du vaisseau est en fait des yeux d'observation pour permettre aux délégations protocolaires de discuter tranquillement sur les pelouses toutes neuves. C'est, dit la Légende, dans un vaisseau de ce type que fut signée la reddition de l'Empire.

Je vous donne les intitulés exacts de ces carte postales ou je vous laisse chercher un peu....
Allez, je vous sens impatients.
Donc, par ordre d'apparition à l'image nous avons :

Alpes d'Huez, Centre Notre-dame-des-Neiges, maquette de Jean Marol, architecte à Vichy. La conception de l'orgue est de Jean Guillou de l'église Saint-Eustache à Paris et la réalisation par Detlef Kleuker, facteur d'orgues à Brakwede, Westphalie. C'est une belle édition Cellard.

Distinctive Dormitory towers of the University of Pittburgh. La carte postale fut expédiée en 1967 et c'est une édition Imperial (oui!) Greeting Card.

Reims, Amphithéâtre du Campus universitaire de Croix-Rouge. C'est là que nous avions découvert La Rafale, centre commercial brutaliste et superbe disparu aujourd'hui malheureusement ! On reviendra plus longuement sur cette carte postale plus tard.

Centre de la Francophonie à Cotonou par HPS éditeur avec une photographie de Emile Hazoume. Un curieux et beau bâtiment dont je n'arrive pas à trouver le nom de l'architecte. La référence à Melnikov semble évidente mais...
Avouez que l'Afrique nous réserve décidément bien des merveilles !

2 commentaires:

Tom a dit…

Chouette article! Merci :)

grossebourse a dit…

chouette article oé !