lundi 16 janvier 2017

restera la honte

Je reçois, je diffuse :




" .....Une fois encore l'incurie des responsables culturels est à l'honneur.
Nous avions déjà été atterrés il y a quelques mois par le cas scandaleux de la Caisse d'Épargne de Toulon pour laquelle la DRAC PACA n'avait rien fait laissant un Label Patrimoine du Vingtième Siècle être totalement bafoué par un projet immobilier d'une laideur sans nom pour OKKO par l'agence Tangram. Nous avions déjà évoqué le cas de Vigneux-sur-Seine en croyant qu'un espoir était toujours possible pour sauver cet ensemble dessiné par Monsieur Paul Chemetov. Mais malheureusement les dernières nouvelles de la CPAM de Vigneux-sur-Seine prouvent bien cette fois encore qu'il ne s'agit pas d'une maladresse, d'un manque d'énergie ou même d'un oubli fâcheux mais bien d'une réelle, pleine, assumée politique régionale de destruction et d'abandon du Patrimoine Moderne et Contemporain en Ile-de-France. Une vraie politique c'est à dire des responsables régionaux, des élus, des personnels de la fonction publique dont le travail est par définition la protection qui collaborent, le mot est ici à prendre sans pincette, qui collaborent donc à l'éradication d'une partie de notre Patrimoine Architectural. On voit également comment ces responsables régionaux, ces acteur étatiques du Patrimoine utilisent le Label comme chambre d'écho, lui faisant jouer le rôle d'excuses à rebours pour faire croire à une action alors même que, dès que la menace est opérante, ils se défaussent et même osent affirmer qu'ils sont actifs, justement parce qu'ils ont labelisé... ( Voyez ce même Label accordé au Ministère des Finances du même architecte....Quelle illogisme !) Parfaite hypocrisie d'acteurs de l'état, complices des politiques locales et surtout maintenant c'est clair, complices des agents commerciaux, des vendeurs de mètres-carrés, des bâtisseurs iniques dont la production à venir en lieu et remplacement est d'une pauvreté architecturale hallucinante et hallucinée.
Le manque de culture architecturale est à son comble et s'affiche avec fierté maintenant grâce aux permis de démolir délivré par une mairie ignorante de ce qui fait architecture, ignorante même de ce qu'un Label doit souligner mais par contre, d'une mairie active à la démolition de son histoire. C'est juste inouï !!
Il est temps d'accuser :
Honte au maire Serge Poinsot et ses services culturels et d'urbanisme de la Ville de Vigneux-sur-Seine offrant à la démolition l'histoire de leur ville et leur Patrimoine.
Honte aux services du Patrimoine Régionale dont maintenant on commence à saisir le peu d'attachement pour le Patrimoine du Vingtième siècle. 
Honte à la CPAM abandonnant son Patrimoine et l'histoire de son usage, celui de ses citoyens.
Honte aux promoteurs et à leurs architectes (le sont-ils vraiment d'ailleurs ?) si serviles et qui se foutent comme d'une guigne de l'histoire et surtout de l'architecture et s'appuient sur les mairies et la démagogie de la politique du logement sociale pour s'autoriser à construire de pareilles horreurs.
Honte au Ministère de la Culture qui depuis trois Ministères maintenant, (il n'y a là plus de secret) à réaliser en France le plus grand chantier de démolition du Patrimoine Contemporain. Aucune politique de défense de ce Patrimoine, aucune idée n'ont été défendues depuis 5 ans maintenant. Lâcheté des petits enjeux de politiques locales, lâcheté d'un budget plus bas que jamais, lâcheté démagogiques populistes, lâcheté à tous les niveaux et même maintenant abandon du rôle pédagogique que devait revêtir ce si beau Label du Patrimoine du Vingtième Siècle devenu une blague. On en arrive à souhaiter que les bâtiments ne le reçoivent pas, de peur que cela donnent des idées de démolition aux promoteurs et aux maires !!
François Hollande va au théâtre de Michel Drucker avec Madame Azoulay. Tout est dit sur l'importance et les choix culturels de cette Présidence et de ses Ministres de la Culture. Applaudissez-bien à la fin. Faites des bravos. Pendant ce temps-là les pelleteuses dessinent votre politique culturelle. On n'oubliera pas."
Le Comité de Vigilance Brutaliste, le 14 janvier 2017."

Voilà qui est dit, avec euh...fermeté...
Il va de soi que nous ne pouvons que soutenir cette opinion, j'ai envie de dire malheureusement.
Je crois que devant autant de bêtises accumulées par autant de personnels et d'agents publiques, on devient au mieux coléreux, au pire désabusé. On reste citoyen et on sait maintenant qu'il s'agit d'une affaire politique, d'un déclassement de notre histoire, d'une volonté affichée et d'un refus de faire de l'histoire de ces territoires des territoires du Patrimoine et de la République. C'est clair.

Restera la honte. Elle rentrera dans l'Histoire de cette ville de Vigneux-sur-Seine.

Alors je vous conseille aussi de lire la lettre très bien écrite et argumentée de Monsieur Paul Chemetov :
http://www.lemoniteur.fr/media/FICHIER/2017/01/10/FICHIER_20170110_34085318.pdf 

À lire également :
http://www.lemoniteur.fr/article/patrimoine-contemporain-la-cpam-de-vigneux-pourra-etre-demolie-34085326

Un petit mais très éclairant extrait :




mercredi 21 décembre 2016

CitizenK est un vrai citoyen !

Rarement une telle chance m'a été donnée.
La revue CitizenK fait le plein !
D'abord, elle porte en deux articles un hommage vibrant au travail de Claude Parent, en premier lieu pour ses centrales nucléaires et surtout celle de Paluel puis aux centres commerciaux de l'architecte dont il vous sera aisé de comprendre que cela touche ce blog tout particulièrement !
L'histoire y est racontée avec force détails et je l'avoue, une grande attention à mon action de sauvegarde, que ce soit pour le centre commercial de Sens ou celui de Ris-Orangis. Il est évident qu'un tel travail éditorial dans une revue aussi accessible et si largement diffusée permettra de mettre en lumière l'héritage de Monsieur Parent et, nous l'espérons tous, la sauvegarde du supermarché de Ris-Orangis.
Mais ce n'est pas tout !
Puisque j'ai aussi eu la possibilité de faire un article dans ce numéro sur les aires d'autoroutes et leur représentation par les cartes postales ! Cela fait donc beaucoup d'occasions de se réjouir et de voir que l'histoire d'une certaine architecture peut trouver dans ces revues des occasions de s'exprimer et de trouver un public sans doute moins spécialisé. C'est tant mieux !
Je veux donc ici remercier vivement Matthias Debureaux et toute l'équipe éditoriale de la revue CitizenK pour cette confiance.
Je vous conseille donc tous d'acheter CitizenK numéro spécial hiver 2016 intitulé non sans humour "la France de toute Beauté". Il ne vous en coûtera qu'un euro symbolique ! À ce prix-là, prenez en plusieurs et faites, comme moi,  plaisir autour de vous !
Bonne lecture !
Pour ma part, j'aime aussi la lecture de l'article de Thomas Lévy-Lasne sur le parcours des artistes contemporains et j'avoue que mon cœur chavire aux pages 216 et 220... Mais là, c'est une autre histoire...
Je fais exprès de ne pas vous donner une lecture trop aisée ici des articles, pour que vous ayez l'opportunité de les lire en ayant acheté la revue.
Merci de votre compréhension !






samedi 17 septembre 2016

Journée Européennes d'oubli du Patrimone Moderne

Ici repose l'article que j'aurais du faire avec les informations données par la DRAC Ile-de-France au sujet de l'avancement du dossier de classement du centre commercial de Ris-Orangis dessiné par Claude Parent déposé il y a presque 5 ans maintenant...
Malgré les promesses faites de me rappeler cette semaine, malgré mes coups de fils depuis des mois, mes courriers nombreux, mes demandes répétées je n'ai eu droit à aucune information.
Manque de professionnalisme ou stratégie de l'usure ?
Oui, vous pensez comme moi.
On notera que le thème de ce week-end des Journées Européennes du Patrimoine est Patrimoine et Citoyenneté. On voit donc comment les services du Patrimoine de la D.R.A.C Ile-de-France sont sensibles à une demande citoyenne et comment la communication est réalisée par ses services.
Citoyennes ! Citoyens !
Bon week-end des Journées du Patrimoine en Ile-de-France et partout en France.


jeudi 18 août 2016

Le Corbusier radiophonique

Il est bien émouvant, toujours, d'entendre l'architecture.
On se souvient comment François Chaslin savait nous faire visiter une architecture et sa pensée simplement par sa voix et celles de ses invités dans sa regrettée émission Métropolitains.
Difficile de reprendre un tel flambeau.
Pourtant, cet été, Camille Juza, sur France Culture, réalise avec talent avec une suite d'émissions judicieusement appelée le génie des lieux.
Nous tenterons de suivre par les cartes postales ces émissions (parfois avec retard) et d'ainsi soutenir la visite en quelque sorte par l'image, des sons, des voix, des témoignages entendus lors de leur diffusion.
On commencera en désordre par la chapelle de Ronchamp de Le Corbusier, rien moins que ça.
Beaucoup de publications sur ce blog ont déjà été faites sur ce lieu, il est donc difficile de trouver un nouvel angle d'attaque dans tous les sens du termes.
Comme Julien Donada nous fait la joie d'évoquer l'histoire de Charles Bueb, nous allons chercher (et trouver) une carte postale de ce photographe redécouvert par ce blog.
Rappelez-vous cette incroyable carte postale :
http://archipostcard.blogspot.fr/2012/03/extremement-fort-et-incroyablement-pres.html

On regarde ?



La carte postale est une édition de la Société Immobilière de Notre-Dame du Haut qui crédite parfaitement Charles Bueb comme photographe. La carte est expédiée en 1962 ce qui doit bien correspondre peu ou prou à la date de sa prise de vue. Il faudrait aller vérifier dans ses classeurs somptueux. Charles Bueb nous installe avec lui sur le chemin, fait surgir simplement, j'ai envie de dire naturellement, la Chapelle de Ronchamp et les constructions annexes souvent malheureusement oubliées. On voit ici comment les deux constructions se glissent l'une sur l'autre.



Charles Bueb se décale un rien sur la gauche du chemin mais reste à hauteur d'homme. Il ne croisera qu'un couple de visiteurs descendant ce chemin. Le tirage est d'une grande douceur, peu contrasté, en fait, il est comme le point de vue, un rien tendre, sans effet, sans décision autre que d'être là, au milieu, comme un pèlerin.



Entrons :




Nous ne remercierons pas Charles Bueb pour ce beau cliché édité en carte postale par le même éditeur que précédemment mais qui cette fois, oublie de nommer son photographe. Difficile donc de savoir qui a réalisé ce cliché. On notera tout de même une originalité du cadre puisque le photographe choisit de montrer l'espace depuis la gauche de l'entrée, juste après le passage de la lourde porte. La sensation soudaine d'une lumière bien descendue par rapport à l'extérieur est bien le sentiment que j'ai ressenti en entrant dans ce lieu : une grotte.
Cette cavité dont le lourd plafond comme une pierre d'un dolmen pourrait nous tomber sur la tête est tout de fois percée d'une ligne fine mais éclatante venant étrangement suspendre l'ensemble. Un coup de cutter entre le mur et le plafond qui, à lui, seul, nous intrigue sur la réalité de la masse de la construction. La petite sculpture dans sa niche est littéralement brûlée par le temps de pose long.
Et n'oubliez pas ! L'architecture avant d'être des images, c'est un espace qui se parcoure.
Pour entendre l'émission et d'autres clichés de Julien Donada, voici le lien :
http://www.franceculture.fr/emissions/le-genie-des-lieux/la-chapelle-de-ronchamp-par-le-corbusier
Pour comprendre l'histoire de la découverte du Fonds Bueb, allez ici et achetez le livre !
http://archipostcard.blogspot.fr/2015/04/charles-bueb-edite-ronchamp-revele-le.html

Et n'oubliez pas d'aller sur le Volume 2 de ce blog :
http://archipostalecarte.blogspot.fr/






samedi 19 mars 2016

des liens pour la Conservation des Monuments Historiques de Seine Maritime

Et voilà !
Notre département de Seine Maritime, notre Région Normandie, la Ville de Dieppe se voient nommés parmi les 7 sites les plus menacés d'Europe par Europa Nostra, rien moins que ça !
Triste, bien triste manière de mettre la lumière sur notre département de Seine Maritime et sur le Patrimoine exceptionnel que représente le Pont Colbert et sa cabine de Jean Prouvé !
Rappelez-vous ici !

http://archipostalecarte.blogspot.fr/2015/11/jean-prouve-sur-le-pont.html 

On notera que le combat citoyen a permis de mettre en lumière ce scandale régional qui s'ajoute à celui de la destruction de Sainte-Bernadette au Grand-Quevilly, à la défiguration du Volcan de Niemeyer au Havre (ville pourtant inscrite au Patrimoine de l'UNESCO ), la destruction probable de la dernière église en fusées céramiques à Serqueux (le clocher est déjà par terre), et à un avenir incertain pour  l'église St-Nicaise à Rouen et, et, et... à l'abandon des Ateliers du Parc, chef-d'œuvre de Patrice Mottini dans la cour même de l'école d'architecture de Rouen... Allez on arrête là...
En espérant que la prochaine fois que notre département et notre Région seront nommés de manière internationale, ce sera pour souligner la parfaite restauration d'une construction du Vingtième Siècle. On peut rêver...

Mesdames, Messieurs les maires, député(e)s, conseillers et conseillères régionaux, conservateurs du Patrimoine, conservatrices du Patrimoine, Architectes des Bâtiments de France, vrais citoyens, vraies citoyennes, voici des liens que vous lirez peut-être :
http://www.europanostra.org/news/737/

http://www.europanostra.org/UPLOADS/FILS/20160316-PR-7ME-FR.pdf

Vive la Seine Maritime !





mercredi 16 mars 2016

Le Capitaine Candilis sans capitainerie




Je reçois, je diffuse :

" L'héritage moderniste se voit donc une fois de plus (et une fois de plus pour Candilis) totalement méprisé. Alors qu'une ville balnéaire existe, prend son identité dans le travail d'un architecte et de son équipe, (architecte génial reconnu par l'histoire), les seuls qui ne comprennent pas la chance qu'ils ont, sont ceux-la même qui gèrent cette héritage : les politiciens locaux. 

Il faut le dire, à leur défense, ils manquent sans doute d'une éducation de l'histoire de l'architecture et de l'œil, mais aussi d'un sens aigu de l'histoire locale, mettant à bas tout ce qui constitue la réalité historique du lieu où ils vivent. Lors de nos visites de Port Leucate, nous n'avions vu que mépris pour cette modernité qui malheureusement n'est pas détruite pour laisser place à une nouvelle mais pour fabriquer une image ressemblant à un décor digne de Walt Disney, mélange somptueux de néo-provençal revu par Las Vegas, de ferronnerie Brico Rama Brico Dépôt (un must du génie local) et un concept de l'espace inventé par le lobby tout puissant des vérandalistes aluminium qui doivent avoir, avec la mairie qui donnent les autorisations, ce même goût pour l'architecture de carton-pâte. 

C'est trop tard maintenant. 
C'est par terre.
 L'histoire de l'architecture se rappellera les noms des responsables.

On notera que, comme à l'habitude, les arguments sont comme toujours les mêmes : état de la construction, risques, non-conformité. On s'amuse de ces arguments qui sont, en fait, le symptôme de quoi ? Simplement d'un manque d'entretien et d'un désir larvé de voir ce béton disparaitre. On laisse pourrir pendant des années sans rien toucher, on fait venir les pompiers, on évoque la sécurité, on fait la démagogie habituelle sur les besoins d'aujourd'hui qui ne correspondent plus à la construction d'hier et Hop ! On met par terre avec, bien entendu, aucune honte et même une certaine joie . Nous avons honte pour eux. Bref, une histoire bien connue aujourd'hui en France. Nous conseillons donc aux élus locaux de la Culture de la Ville de Port Leucate (il y en a ?) de voyager en Suisse, en Allemagne et surtout en Hollande où les constructions modernes font l'objet d'une attention, de recherches, de soins incroyables appuyés, c'est vrai, par des architectes, des responsables patrimoniaux, des règlements et une éducation  qui font que la population, la démocratie, l'histoire donnent à lire dans le réel des rues, les héritages successifs avec originalité, idées, et même fierté. Oui, Monsieur le Maire, fierté de l'histoire et de la modernité.

L'éradication de la Capitainerie de Port Leucate est une faute patrimoniale grave. 
Grave. 
Très grave.

Nous avions cru un instant avec le classement des Carrats que cette ville et cette région auraient pu s'engager comme Royan ou Le Havre dans un vrai travail de reconnaissance de cette héritage de la Mission Racine. Il n'en est rien. Il s'agit sans doute d'un mélange audacieux de manque de courage politique et d'ignorance avec une pointe amère croquante-fondante de démagogie locale.
Bon vent Port Leucate ! 
Tu deviendras un magnifique décor pour rêve de cagoles où l'on fait semblant, où tout fait semblant."
Le Comité de Vigilance Brutaliste

Voilà qui est dit avec...euh...mesure.
Pour se rappeler un peu l'importance patrimoniale de cette Capitainerie :
elle faisait partie des tous premiers bâtiments construits par l'équipe de Monsieur Candilis pour tester le système constructif réalisant une trame étendue et infinie. Le système constructif, à la fois extrêmement fin, léger et intelligent permettait par un jeu nommé par l'équipe de Monsieur Candilis "Meccano" de produire rapidement des espaces modulables, transformables à volonté et donc de jouer avec les espaces intérieurs et extérieurs produisant un vrai urbanisme. On le sait, en architecture, la structure signe l'intelligence. Ici, à Port Leucate, avec ce système, l'équipe de Monsieur Candilis avait simplement inventé une nouvelle forme de mapping architectural si à la mode aujourd'hui. Il suffit de regarder les dessins techniques de ce système pour en comprendre le génie de sa simplicité et donc de sa beauté constructive. À l'égale des grands systèmes constructifs allant de Eiffel à Mimram, Monsieur Candilis avait offert à Port Leucate et Port Barcarès une possibilité d'avenir, un choix urbain et architectural d'une très grande originalité. C'est, sans doute, cette originalité que des yeux aveuglés par une fausse histoire du lieu n'ont pas su percevoir. On n'aime plus, en effet, une architecture qui dans sa forme, sa légèreté, sa fonction donne trop vite à lire son sens de l'égalité, son humanisme et surtout, sa liaison franche avec le paysage.
On notera que ce système de Port Leucate était si important pour Monsieur Candilis et son équipe qu'il faisait la couverture de son ouvrage sur les constructions de loisirs !

Recherches sur l'architecture des loisirs
Georges Candilis
édition Karl Krämer, 1972. 

Pour revoir tous les articles sur Monsieur Candilis :
http://archipostalecarte.blogspot.fr/search/label/Georges%20Candilis

maquette et Capitainerie :

 

 

ici, le centre commercial fait du même système :

 

Comme un jeu de construction aux possibilités infinies :

 

 Détails techniques :

 

 



Je vous donne à nouveau à voir les cartes postales qui rendent compte de ce système constructif :

carte postale de la capitainerie du port de Port Leucate des éditions DINO non datée.


carte postale du centre commercial de Port Leucate, éditions Audumares, non datée :



lundi 29 février 2016

une dernière lettre

 


Monsieur Parent,
J'avais acheté cette carte postale pour vous l'envoyer à votre anniversaire. Comme un imbécile, j'ai oublié de le faire, alors, parce qu'il n'est jamais trop tard, je vous la dédie.
Cette carte postale me parle de vous. D'abord par son sujet qui est la grotte de Lourdes, celle par laquelle vous avez en partie commencé votre carrière, première grotte de votre œuvre, la grotte réelle, fendue et largement ouverte sur le monde, architecture des gens à genoux, architecture du miracle. Vous l'avez respectée, aimée cette première grotte, je me rappelle comment vous m'aviez dit dans un rire que vous aviez toujours été suivi par Bernadette, mystérieusement, comme ça, comme si c'était une cliente de l'agence.
Vous avez fait peu de choses dans cette première grotte, on dit, modestement, que vous l'aviez réaménagée. En fait, vous nous l'avez offerte au regard, vous l'avez redonnée à la prière, vous en avez donc redéfini le programme architectural en quelque sorte. Quelle drôlerie ! En vidant les lieux, les donner à voir, permettre enfin que le rocher, sa surface, sa courbe, puisse à nouveau à l'œil et à la main, être touchés. Une table, un autel d'une grande simplicité viennent dire sa fonction. Un devant, un dedans, une circulation. L'une de vos plus belles réalisations avant l'autre grotte, celle de Nevers.
Ici, cette carte postale a plusieurs effets parce que, simplement, ce n'est pas celle de Lourdes... C'est une maquette d'une copie future de celle de Lourdes mais, comme vous pouvez le voir, elle reprend votre travail ! Étonnement et compréhension parfaite et populaire de votre travail. Ici, les habitants de Neunkirch-les-Sarreguemines ne savent sans doute pas qu'ils rêvent par cette maquette à l'une de vos interventions. Et puis, c'est modeste. C'est presque joyeux cette maquette, c'est touchant de gentillesse au modèle, à la religion chrétienne et à l'amour. C'est vouloir une image dans le réel d'un lieu loin, c'est une transposition d'une architecture cryptique. Tout cela, c'est vous.
Car, si nous nous sommes rencontrés, si j'ai eu ce plaisir qui était d'abord un immense honneur et une incroyable surprise, c'est parce que vous aviez aimé comment je disais que le bunker de l'église de Nevers était d'abord une image de bunker, comme un déplacement, un glissement. Car les coques de béton font semblant d'être défensives alors qu'elles sont fines et séparées par un vide, vide qui est la vraie grotte de Nevers.
La voici :





Là aussi, on est surpris. On est surpris parce que ce que l'on voit d'abord c'est bien une architecture défensive, massive que l'œil avant le corps reconnaît comme un bunker. On est autant surpris par son surgissement que par la réalité de son existence, que vous ayez pu avec Monsieur Virilio convaincre de la nécessité de sa construction. On est aussi saisi par l'existence même d'une carte postale et que, sa photographie permette aussi, force de l'image, de croire au bunker. Une image populaire pour une architecture expulsant une image. Mais on sait aussi la surprise de cette église, on sait ce que Sainte-Bernadette-du-Banlay cache de lumière et aussi d'expérience du corps devenu actif sur les deux pentes, brisant les perceptions, ruinant les habitudes. On sait aussi que vous veniez vous y asseoir pour entendre et voir comment les habitants vivaient votre architecture. Vous la viviez au milieu de ceux qui en ont l'usage. Vous leur étiez à eux disponible. Aviez-vous envoyé des cartes postales de votre église à vos amis ?
Celle-ci est toujours debout. Classée comme on dit.
D'autres constructions n'ont pas eu cette chance comme la maison des jeunes et de la Culture de Troyes ou comme le très beau centre Thomson-Houston dessiné avec Monsieur Virilio et abandonné par les institutions aux démolisseurs. D'autres attendent des réhabilitations à la hauteur de votre héritage comme la Fondation Avicenne qu'il ne faudra pas abîmer, avec laquelle il faudra être extrêmement délicat. Nous serons vigilants.
Nous avons partagé un combat, celui de Sens, puis un autre, toujours en cours, celui de Ris-Orangis. Nous avons réussi avec une énergie folle à sauver Sens. Sens... ce nom de ville à lui seul maintenant suffit à résumer cette architecture. Je ne dis plus centre commercial de Sens mais simplement Sens. Valeur d'usage du nom d'une ville pour dire l'importance d'une architecture. Nous sommes arrivés à le protéger contre tous ceux qui ne savent pas voir, contre tous ceux qui ne savent pas qu'ils ont un corps. Sens...
Mais je suis déçu. Je n'ai pas dans ma collection de cartes postales de l'ensemble de votre œuvre. C'est ainsi. Tous les bâtiments n'ont pas droit à cet honneur populaire. Alors je me les invente, je me les édite pour nous battre.
Je finirai sur ce verbe car c'est bien toujours d'une bataille dont il a été question dans votre travail. Une bataille contre les préjugés, contre nous-mêmes, contre une architecture parfois oublieuse de l'usager, parfois trop soutenue par l'histoire sans savoir y renoncer. Vous n'aviez peur de rien dans ce domaine.
Sans doute que comme votre ami  Yves Klein vous aimiez les sauts dans le vide.
Bien à vous Monsieur Parent.
Et merci.
David Liaudet