vendredi 1 janvier 2016

Manon, Nicolas, Claude, Thomas, Marc, Laurent et vous tous

Comme tous les ans, faisons le bilan d'une année supplémentaire pour ce blog et pour l'architecture moderne et contemporaine.
L'année fut bien pleine et riche mais aussi catastrophique pour ce qui est des menaces et des destructions effectives d'œuvres. (Et pour d'autres raisons aussi...)
Voyez la dernière histoire de l'Opéra Garnier, c'est hallucinant, la précipitation héroïque en retard...
Alors d'abord ce qui fait mal : avenir incertain de l'école hôtelière du Touquet, menace sur la caisse d'épargne de Toulon, menace sur le Pont tournant de Dieppe et sa cabine de Jean Prouvé, menace sur ce qui maintenant est la dernière église en fusées céramiques de Haute-Normandie à Serqueux, menace sur le quartier des Briques Rouges de Paul Chemetov, destruction des logements de Courcouronnes toujours de Paul Chemetov, destruction honteuse de l'université du Mirail et menace sur le Mirail de manière générale, abandon pour une année supplémentaire de la très belle mais ruinée école d'architecture de Nanterre de Jacques Kalisz, on comprend maintenant sans aucun doute qu'il s'agit là d'une politique culturelle volontaire d'éradication. Défiguration du Volcan de Niemeyer au Havre, sans doute la plus grave de l'année dans une ville inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Le bilan est certainement encore beaucoup plus lourd...
On restera le cul entre deux chaises avec l'incroyable histoire de la maison Prouvé de Royan vendue par... rien moins que le maire de la ville de Royan... pour démontage et sauvetage par Patrick Seguin.

Mais cette année fut aussi celle d'une très belle et toujours visible (dépêchez-vous !) exposition de Thomas Dussaix, l'autre membre du Comité de Vigilance Brutaliste. Cette année aussi, nous avons eu trois télévisions et une radio nationale le même jour à Ris-Orangis pour la sauvegarde de ce centre commercial dessiné par Claude Parent. Signalons que le combat continue et que sans vous, il a moins de chances d'aboutir... Prenez donc de bonnes résolutions !

Il faut aussi dire que la publication du livre sur Charles Bueb fut une belle chance. Merci à tous ceux qui nous ont fait confiance par la souscription, merci à sa famille, à ceux qui ont acheté ce livre, vu l'exposition. Merci Julien Donada et Grégoire Romefort pour l'édition superbe.
Merci également à François Chaslin de me nommer dans son livre sur Le Corbusier. C'est un honneur.
Merci à tous ceux qui ont demandé, publié, édité des cartes de ma collection dans leur ouvrage, revue ou dans le très beau catalogue sur l'A.U.A. et dans l'exposition. Merci pour les invitations à enseigner, professer et discourir dans des conférences pour parler des cartes postales.
Merci à Radio On de toujours me laisser faire ma Chronique Corbuséenne !
Merci à Claude Lothier pour sa vigilance orthographique et l'ambition qu'il me porte. J'ai toujours besoin de cette énergie, Claude. Merci.
Un toujours très grand merci à Laurent Patart pour ses donations régulières et à Daniel Leclercq pour ses précisions et commentaires.

Enfin, cette année fut celle du très très gros travail de restauration de la bulle six coques à Piacé. Merci à tous ceux qui sont passés, qui ont acheté une litho pour financer cette restauration. Merci à tous ceux qui ont donné de leur temps, de leur énergie pour frotter, poncer, soulever, peindre et rigoler aussi. À ce titre, et pour finir ces remerciements, je tiens à remercier tout particulièrement Nicolas Hérisson et Manon Alberger pour l'incroyable générosité de leur temps, de leur passion, j'ai envie de dire leur dévouement à ce projet.
Le chantier n'est pas terminé mais l'année 2016 sera sans aucun doute celle de son achèvement.
Le Patrimoine architectural moderne et contemporain c'est bien à vous, à nous, à tous ceux qui l'aiment qu'il incombe de le sauver.
Restez vigilants, restez combatifs, restez ENSEMBLE ! Soutenez les associations, signez les pétitions, écrivez !
L'année 2016 va démarrer très fort avec l'exposition obliqueS à l'école des Beaux-Arts du Mans début février et l'exposition du travail de Marc Hamandjian à Piacé ! D'autres projets viendront, d'autres surprises !
Bien à vous tous.
David Liaudet pour le Comité de Vigilance Brutaliste.
N'oubliez pas que ce blog se déploie sur le tome 2 :
http://archipostalecarte.blogspot.fr/

Pour finir l'année en beauté, je vous propose un archétype de ce que nous aimons ici. Populaire, largement diffusée, bien conçue, intelligente, tous ces adjectifs pour la carte postale mais aussi pour l'architecture de la piscine Tournesol de Bernard Schœller, ici à Muret par les Éditions d'Art Larrey. Il semble bien que cette piscine Tournesol fut fauchée. Quelle ville aura la dernière ?

 

 


mercredi 16 septembre 2015

Journées européennes de destruction du Patrimoine

Alors, bien évidemment cela ne m'amuse pas d'être la mouche tombée dans la soupe.
Mais puisque l'actualité des Journées Européennes du Patrimoine arrive à grand pas, je vous propose d'aller voir une dernière fois quelques œuvres majeures, parfois labellisées et pourtant menacées de destruction, de restructuration ou de relooking épuisant.
Faisons une promenade vers de futures ruines, vers des regrets que les livres d'histoires de l'architecture enregistreront dans quelques années comme des erreurs et des exemples de bêtises de la politique patrimoniale dont on peut se demander si en France, au-delà des affichages institutionnelles et des émissions sur France 2, elle existe encore. Avant, la Grande Muette c'était l'Armée, il semble qu'aujourd'hui ce soit, au moins sur les questions de l'architecture contemporaine et de son héritage moderniste, le Ministère de la Culture... Pendant ces journées, il pourrait y avoir des annonces de ce Ministère montrant son attachement au Patrimoine Moderne, cela serait un signe, une énergie, une reconnaissance mais vous verrez que comme sous Filippetti, on aura rien.
Voilà le programme de l'année pour ces Journées Européennes du Patrimoine :





















Allez faire un tour sur le terrain déblayé de l'église Sainte Bernadette du Grand-Quevilly, allez voir qu'il ne reste rien... Allez dans la même ville, voir l'autre église dessinée par l'architecte Cacaut, abandonnée et détériorée. De ce fait, pour ces Journées Européennes du Patrimoine, Grand-Quevilly est la ville où l'Art Sacré Moderne est sacrément détesté et dédaigné, une ville donc phare dans ce programme. Nous reste à regarder sur Google Earth, les images de l'église encore debout...




















Allez vite à Toulon pour ces Journées Européennes du Patrimoine regardez pour quelques temps encore la très belle Caisse d'Épargne de Henry, architecte avant que les affairistes du mètre-carré, les investisseurs en surface-plein-centre-ville associés à des architectes qui se fichent comme d'une guigne de leurs ainés et de leur héritage ne viennent faire un tuning hideux sur ce chef d'œuvre qui a donc obtenu pour rien le Label Patrimoine du Vingtième sicle. Un vrai et beau futur cas d'école pour la signification de ce Label en France. Dépêchez-vous ! Tous à Toulon pour voir la réalité de la politique patrimoniale en France. Ils ont déjà affiché leur programme Visio...C'est à pleurer.

Allez tous à Vigneux-sur-Seine pour les Journées Européennes du Patrimoine voir l'ensemble de Paul Chemetov, les Briques rouges. Faites des photographies, des dessins, documentez pour l'histoire la destruction d'un Label du Patrimoine du Vingtième Siècle ! C'est une chance de saisir en direct l'inutilité affichée publiquement de ce Label !
Là aussi tout cela pour un programme foncier et immobilier d'une qualité...rare, c'est inouï comme en France, la laideur a le pouvoir de détruire sous le regard des maires les œuvres intelligentes...



















Allez tous au Touquet voir la très belle tour de l'école hôtelière avant que l'on ne sache comment la reconvertir et que, devant le manque d'idée et l'épuisement des possibles on ne se décide avec regrets (ils ont toujours des regrets) à la détruire.





































Allez voir au Havre comment un chef-d'oeuvre reconnu d'Oscar Niemeyer, chef-d'œuvre posé dans une ville étant inscrite sur la Liste du Patrimoine Mondial de l'Unesco, allez voir comment cette Maison de la Culture a pu être éradiquée dans ses formes et ses fonctions, étant pourtant l'une des constructions emblématiques de cet architecte en France. Voyez ce somptueux ratage dont le seul hommage fait à l'architecte est d'avoir inscrit son nom en énorme sur les nouveaux murs comme pour se rassurer d'avoir bien fait. C'est, je crois, l'exemple le plus parfait de la démagogie patrimoniale à la française, un cas d'école, un cas historique. Suite à cette catastrophe patrimoniale, je crois qu'il faudra retirer au Havre son inscription sur la Liste Mondiale du Patrimoine de L'Unesco. Cela laisse songeur sur les possibles attaques de l'œuvre de Perret si la démagogie politique effectuée sur celle de Niemeyer venait à s'étendre. Pour ces Journées Européennes du Patrimoine allez donc tous au Havre voir cette honte.


















 















Allez vite au Mirail, voir comment l'héritage de Candilis est sacrifié, mutilé, éradiqué et tout cela dans un esprit presque festif et heureux ! C'est absolument inouï ! Et que la cabale mêlant les idées flamboyantes radio-diffusées d'une équipe d'architectes et les petites pensées humanistes d'un philosophe permet là aussi de croire qu'ils font bien, juste et même rendent hommage à cette architecture ! On détruit pour rendre hommage ! Le comble... Donc vite, allez à Toulouse Le Mirail pour ces journées européennes de destruction du Patrimoine !


















Enfin quel avenir pour le chef-d'œuvre d'Orléans-la Source qu'est le centre E.D.F par les architectes Renaudie, Riboulet, Thurnauer, et Veret ? Va-t-on attendre qu'il ne soit trop tard pour s'excuser de n'avoir rien fait dans un mélange fatiguant de désolation et de regrets ? Est-ce logique que cette ville qui abrite pourtant le très important F.R.A.C Centre, spécialisé dans l'architecture laisse ainsi en voisin une ruine se fabriquer ?
Allez donc à Orléans pendant ces journées du Patrimoine voir ce centre E.D.F et la serre-restaurant de messieurs Arretche et Prouvé tout aussi abandonné...

On pourra aussi évoquer pour ces Journées de destruction du Patrimoine le cas éloquent de l'École d'architecture de Nanterre, vandalisée, abandonnée alors même que par son programme et son architecture elle devrait être l'exemple d'une cohérence patrimonial en France. Pour ce cas, ce n'est plus de la honte, c'est de la colère.

En conclusion (et malheureusement la liste va s'allonger), cette année, les Journées Européennes du Patrimoine seront celle de la fin programmé du Label Patrimoine du Vingtième Siècle. Jamais, jamais encore en France notre héritage contemporain n'a subi sous les yeux devenus complices des institutions et des politiques, une telle ampleur de destructions, de menaces et même, j'ose, d'une rage jouissive à détruire en toute liberté et bon conscience démagogique notre héritage moderniste.
Bonne visite à tous, bon week-end sur les ruines de notre modernité.
Le Comité de Vigilance Brutaliste.

samedi 4 juillet 2015

le Label Patrimoine du XXème siècle est-il inutile sous votre Ministère, Madame Pellerin ?



La semaine dernière alors que je rédigeais un article sur le foyer des Vieux dessiné par Paul Chemetov pour Vigneux-sur-Seine, l'agence de ce dernier me signalait, dans une concordance des temps incroyable, que l'ensemble des Briques rouges Labelisé Patrimoine du XXème siècle était menacé de destruction et notamment sa Caisse Primaire d'Assurance Maladie CPAM, petite merveille d'architecture reconnue, publiée et... Labelisée... et déjà défigurée, la fresque du Peintre Foujino ayant été peinturlurée par des imbéciles.
Il va sans dire que c'est une nouvelle attaque du Label qui tend à prouver maintenant son inutilité patente.
N'oublions pas le dossier de la Caisse d'Épargne de Toulon menacée par une architecture d'une laideur insoutenable de l'agence OKKO Hôtel dont le dessin du remodelage a même réussi à faire rire mes étudiants, c'est dire... Puis les mettre en colère... c'est clairvoyant.
Il est donc nécessaire de penser maintenant un avenir pour ce Label si français permettant sans doute, démagogiquement, de faire semblant d'un signalement pour faire plaisir à un petit cercle d'initiés (dont je fais partie) sans prendre le risque (la politique) d'un vrai classement, d'une vraie reconnaissance. Si éduquer la population française à l'architecture du XXème siècle c'est poser une plaque sur une construction pour s'autoriser quelques mois après à la broyer sous les pelleteuses, ce que l'on enseigne à cette population ce n'est pas le respect de ce travail architectural et patrimonial mais bien l'indifférence à ce patrimoine et à son territoire.
L'inculture généralisée n'est pas transformée par ce Label, les petites politiques locales, les petits responsables, les agencements financiers et immobiliers d'architectes en mal de mètres carrés en centre ville s'allient ensemble pour cracher à la gueule du Patrimoine et du travail de signalement tout cela sous les yeux (impuissants ?) des institutions chargées de la défense de ces lieux. On a même des émissions sur France Inter, radio nationale et complice (on sait pourquoi, on sait comment), où l'on donne sans contradiction, la parole à ces architectes démolisseurs qui viennent expliquer comment ils suivent " l'esprit de Candilis" sous l'égide d'un pauvre philosophe instrumentalisé et cabot, heureux d'avoir une écoute à sa petite pensée. Voyez le Mirail à Toulouse... La honte à la française.
Je ne sais pas finalement, je ne sais plus, ce qui construit ma colère. La perte de merveilles architecturales qui défendaient dans leur volumes et leurs espaces une pensée et une intelligence ? Oui.
Le rêve impossible de retenir du monde ses images ? Oui. Penser qu'un état, représentation démocratique servant à signaler notre culture commune, est impuissant, voire complice ? Oui. Devoir enseigner cet échec de la politique culturelle ? Oui.
Alors, si rien ne bouge, si aucune action immédiate n'est prise, (et l'été qui arrive servira l'inaction) il est clair que le Label Patrimoine du XXème siècle deviendra une duperie au service d'une démagogie de la défense patrimoniale d'un Ministère incapable de réagir. Ce Label sera un tombeau silencieux.
Le pire, voyez-vous, c'est qu'on commence à s'y habituer.

David Liaudet pour Le Comité de Vigilance Brutaliste.

tout le dossier clairement décrit ici :

Mobilisation :



Je reçois une nouvelle carte postale montrant au premier plan le foyer des Vieux de Vigneux-sur-Seine et au fond, l'ensemble Croix-Blanche. La carte postale est une édition Scintex en exclusivité pour Lhotellin. Mais qui a dessiné cet ensemble Croix-Blanche ?
Je trouve dans mes revues un article paru dans Techniques et Architecture de 1973 sur la sécurité sociale de Vigneux-sur-Seine, œuvre de Paul Chemetov, œuvre menacée aujourd'hui.
Je vous le donne à voir, il ne nous restera que ça bientôt ?

Les photographies de cet article sont de Augustin Dumage.











jeudi 16 avril 2015

Charles Bueb édité, Ronchamp révélé, Le Corbusier regardé



L'aventure de la découverte du travail de Charles Bueb prend enfin la forme définitive du livre édité par les éditions Facteur Humain.
Depuis hier, le livre est disponible et une exposition des photographies de Charles Bueb est visible à la Librairie Volume.
Il est rare dans une vie d'amateur d'images de pouvoir ainsi depuis une carte postale voir se concrétiser une histoire et aussi surtout l'invention du travail d'un photographe. Je ne remercierai jamais assez internet de m'avoir mis en relation avec les filles de Charles Bueb puis d'avoir pu les rencontrer en février 2013. L'histoire, vous la connaissez, c'est celle de ma découverte d'un fonds photographique inédit à partir de la publication sur ce blog en 2012 d'une carte postale que je ne résiste pas à vous donner une fois encore...


La carte postale devient donc bien un objet de transition, de passage ayant permis à de grands photographes reconnus comme Doisneau ou Lucien Hervé, ou d'autres plus modestes comme Charles Bueb de diffuser leurs images de l'architecture.
J'essaie dans le texte publié dans ce livre de mettre en relation cette question avec celle du placage insolent de deux mythologies entre elles : la DS Citroën et la Chapelle de Le Corbusier. Je ne me paraphraserai donc pas ici, vous laissant tout le loisir de lire le texte et donc...d'acheter le livre.
Il faut remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce livre en souscrivant à sa publication avant même son édition. Merci.

Il faut aussi remercier Claude Parent auquel nous avons demandé une préface et qui nous à faire l'honneur de nous l'écrire. Préface dans laquelle il chante Ronchamp et sa découverte. C'est un superbe texte. Jean-François Mathey y fait également un très beau texte sur la genèse de la Chapelle.

Je remercie aussi vivement Claude Lothier qui a surveillé mon écriture, repris mon texte et celui de Monsieur Parent et corrigé nos fautes. Il est le meilleur lecteur de ce livre et de ce blog.

Un grand merci également à la famille Bueb qui nous a reçu si promptement et si gentiment lors de notre visite initiale avec Nicolas Hérisson ( Merci Emmanuelle !) et qui a su toujours avoir confiance dans le projet et dans le regard que nous avons porté sur les photographies de Monsieur Bueb.

Mais ce livre est aussi un projet éditorial développé avec énergie, passion et patience par Julien Donada, vidéaste et cinéaste (que les lecteurs de ce blog connaissent bien) et Grégoire Romefort qui a réalisé pour ce livre l'important travail graphique. Le livre est très beau, ne souffre d'aucun défaut éditorial dans sa mise en page, le choix des papiers, sa composition et l'impression. C'est de la belle ouvrage. Bravo et merci à tous les deux et donc aux éditions Facteur Humain pour ce travail éditorial sérieux.

Il est indéniable que ce nouveau regard photographique sur l'œuvre de Le Corbusier est un événement éditorial sur l'histoire de cette construction mais aussi sur son mode de représentation dont il faudra évaluer encore la portée face aux oeuvres de Lucien Hervé par exemple.

On peut donc aimer les cartes postales, sans peur. Elles cachent certainement encore des trésors.

On peut se rendre à la Librairie Volume jusqu'au 16 mai pour voir une exposition de quelques beaux clichés Vintage qui plairont aux Aficionados de Le Corbusier et qui sont en vente. On peut également acheter de très beaux tirages récents et restaurés par les éditeurs.

Ronchamp, Charles Bueb, Le Corbusier
Claude Parent, Jean-François Mathey, David Liaudet.
éditions Facteur Humain
Julien Donada, Grégoire Romefort
ISBN-978-2-9600513-7-7
29 euros. Merci d'acheter votre livre chez un libraire indépendant.
Librairie Volumes
47, rue Notre-Dame de Nazareth
Paris

Précédents articles concernant Charles Bueb :

Votre serviteur et Nicolas Hérisson lors de la première prise de contact (sans jeu de mot !) avec les planches et négatifs de Charles Bueb et sa famille : février 2013.

 

Voici comment nous apparurent les planches, parfaitement rangées et annotées. J'ai remarqué alors que malheureusement, le négatif ayant servi à faire la carte postale de sa fille avait disparu. Mais aussi, que vu le format carré des clichés, il s'agissait d'un recadrage.




















Quelques images du livre juste pour vous donner envie de le lire et de l'acheter !







mardi 7 avril 2015

Un Corbusier, Le livre




Je viens à l'instant de terminer la lecture du livre de François Chaslin Un Corbusier publié dans la très belle collection Fiction et Cie.
C'est un événement qu'un livre sur Le Corbusier écrit par celui qui avait réussi à me convaincre, tout au long de son émission Métropolitains, que l'architecture se construit aussi avec la voix. Il s'agit surtout, je le pense dans la tiédeur d'une lecture tout juste achevée, d'un livre d'une génération. Ceux qui sont en quelque sorte les enfants en short et chemise à carreaux que l'on voit jouer sur le toit-terrasse de la Cité Radieuse, ceux qui apprendront leurs leçons d'architectes qui ont bâti, contredit, serré les mains de l'architecte Corbu. Tout comme je me souviens de mon trouble apprenant que ledit Le Corbusier avait eu au téléphone le vieux Eiffel, c'est un ouvrage de passage, nécessaire à cette génération devant rétablir une vérité, avant de passer le flambeau à ma génération, flambeau un peu éteint d'une possible idôlatrie, la génération des enfants de mai 68. Je le prends comme ça. Dans mes salles de cours, dans les clubs des jeunes, des photographies aériennes Lapie tapissaient encore les murs avec la France superbe des Trente Glorieuses. Je me souviens de La Cité Radieuse en noir et blanc qui, je crois aussi, était visible dans les photographies des wagons de chemin de fer. Et, dans ma salle de classe de CM 1, le seul autre grand de l'Art était Picasso en poster en couleur. Je suis de ces moments-là. Il y a donc dans ce livre quelque chose que Monsieur Chaslin porte aussi, d'un inconditionnel de l'architecte ayant dû passer outre une forme parfaite d'amour (du moins de fidélité) à un doute sur un architecte autant adulé que récrié de tous côtés et surtout du côté des ignorants vociférant que notre Corbu était fasciste, nazi, de droite, puis communiste enfin, sans doute, homme de pouvoir portant à lui seul l'échec des grands ensembles.
Oui.
Le livre de Monsieur Chaslin dit la chose clairement et c'est sans doute, pour moi, pour nous, la première fois qu'ainsi, dans une multitude d'approches, de détails, de cernes on voit apparaître ce que nous aurions sans doute ne pas voulu voir. La manière de Monsieur Chaslin me fait penser à un Saint Sébastien dont l'envoi des flèches dans la chair du martyre serait la seule manière de dessiner les contours de son corps. Monsieur Chaslin sacrifie son mentor pour mieux, dans la seconde partie du livre intitulée le fada, le ressusciter avec l'histoire croisée de ses cités radieuses. C'est monumental comme écriture et comme procédé, c'est de grandeur conforme à l'homme et à l'architecte. Hésitant entre deux pôles durs, la crapule et, ou, le génie.
Le Corbusier en sort grandi et je le crois, sauvé. Parce que finalement, la petitesse habituelle des attaques sur ses pensées politiques n'est rien à côté de l'œuvre. Et si cela ne permet pas de pardonner, cela permet tout de même de dire la logique et donc l'intelligence qu'il a eu à s'en sortir. Comme si sa familiarité politique (on pourrait presque dire aujourd'hui dire sa bêtise) toujours à la recherche du pouvoir (le verbe) était rachetée par la force sereine, ambitieuse et inventive de ses constructions.
Je suis de ceux qui furent fascinés.
Je suis de ceux qui le restent, et je me refuse d'obscurcir les lumières, les ombres, les forces que j'ai aimées et ressenties au nom des idées politiques finalement médiocres d'un type ayant mal choisi son camp, ayant surtout cherché partout ceux qui lui permettraient de faire, faire son œuvre. Après tout, si je n'ai rien à faire ni à voir avec un groupuscule d'extrême-droite, je n'ai rien à voir non plus avec la grande bourgeoisie pour laquelle il a aussi construit. Ne dois-je plus aimer la Villa Savoye ? J'ai sans doute plus à voir avec les pavillons de Frugès et la collectivité de Marseille, Briey et Rezé. Mon histoire avec Le Corbusier, je me permets aussi Monsieur Chaslin, de la lire au travers de la vôtre, celle de ce livre. Je défendrai toujours Le Corbusier non pas qu'il ait encore besoin qu'on le défende ou que ma parole soit si importante à ce jeu mais simplement parce que je crois qu'il faut juger l'œuvre autant que l'homme. Et qu'il est important de ne jamais oublier que l'on a aimé. Votre livre le permet sans masque, sans fard et surtout sans peur. Enfin, avec votre infinité de détails, des citations, votre travail d'abeille voulant voir au plus près la reine, vous donnez l'occasion de mettre les choses à plat sur la grande table. Et c'est comme cela que l'on est libre d'aimer.
Et puis, vous me faites l'honneur de me nommer et surtout me faites l'honneur d'une complicité d'amateurs d'images et de cartes postales. Vous ne dites rien de néfaste à leur égard, vous les aimez. Aimer les images, y croire au-delà de leur cadre fabriqué, les aimer car elles sont des moyens de connaître et d'apprendre est bien aussi quelque chose que je crois partager avec vous. Je me souviens à l'écoute de vos émissions d'avoir construit mentalement les architectures que vous évoquiez avec vos invités, je me souviens comment les espaces naissaient de la conjugaison des verbes. Je garde précieusement, Monsieur, ces images, je jalouse celles que vous possédez et je vous remercie, une fois encore, au travers de ce livre de nous avoir donné une image de Le Corbusier, une image juste parce que personnelle, Un Corbusier vôtre, que je désire faire mien.

Et, ne me reste qu'à faire mon métier et enseigner Le Corbusier maintenant avec ce nouvel outil sincère.

Un Corbusier
François Chaslin
Fiction et Cie
isbn-978-2-02-123091-8

Et comme c'est ici un lieu de la représentation de cette architecture par la carte postale, en voici une inédite encore sur ce blog. Elle n'a rien de rare, rien de particulier, seulement la force d'un document populaire tentant de donner à voir l'une des œuvres les plus étonnantes. Pourtant, ici, dans cette édition sans nom d'éditeur ni de photographe, c'est bien le cliché parfait de la carte postale qui est présenté.
Un premier plan végétal, grandes branches d'arbres tombant en ombres et en nombre sur la grille de béton, puis au second, un arbre fruitier soutenu par une planche, puis enfin, comme infinie, la Maison Radieuse de Rezé qui porte au verso de l'image le nom de son architecte : Le Corbusier.
Rien n'est plus simple, sans doute plus juste, pour parler de l'architecture que cette forme d'hommage.






lundi 23 mars 2015

le syndrome de Vasa étudié à l'université du Mirail





Ce matin, c'est comme un appel.
(Merci Clément pour l'alerte.)
Je vois des pages et des pages s'afficher sur la destruction du Mirail à Toulouse et notamment de son université. Comme toujours la France a la gueule de bois et se réveille trop tard pour défendre son Patrimoine. Et comme toujours dans le débat, on oublie les institutions qui n'ont pas pu (voulu ?)  protéger l'université et l'ensemble du Mirail à Toulouse.
Alors, comme tout le monde un peu sensible à cette histoire, je signe une pétition dont je sais qu'elle ne servira à rien face à la machine administrative et politique qui n'y connaît rien en architecture. Il suffit de lire les propos du Président de l'université face à ce patrimoine pour comprendre comment on tord les mots et son esprit pour faire semblant d'être sensible. C'est émouvant autant de tactique verbale. Ça marche sur des œufs un peu pourris.
Alors, quand ceux-là mêmes qui devraient défendre l'héritage architectural nous rassurent justement en prétendant qu'il ne faut pas s'inquiéter car on conservera l'esprit du lieu (mais pas l'architecture...) on est soit en colère devant un type à genoux face à l'événement ou mort de rire face à l'acquiescement politique de sa fonction. Dans quelques mois, on inaugurera une université toute neuve dont vous verrez, il osera dire avec les architectes complices de cette restructuration qu'elle est un hommage à celle qui vient d'être détruite. Allez lire la communication de l'agence c'est d'une drôlerie...
Je n'en peux plus.
Et on organisera bien un petit colloque pour faire bonne figure et une petite exposition pour rappeler la belle histoire de Georges Candilis, vous verrez, ça viendra, on voit ça tout le temps... Les invitations vont partir.
Monsieur le Président d'une architecture qui disparaît sous votre présidence, vous qui vous cachez derrière les questions financières alors qu'elles sont politiques (car la question du Patrimoine est politique je vous le rappelle) Monsieur le Président, s'il vous plaît, ne faites pas semblant d'être du côté de ceux qui défendent ou regrettent. Ayez au moins l'extrême obligeance de porter fièrement votre projet et d'en assumer les conséquences (malheureusement pour vous et pour nous) tragiques, de la destruction indigne d'un Patrimoine unique. Et comme vous êtes soutenu par le vide abyssal des paroles de nos Ministres de la Culture ou de l'enseignement dit supérieur, la France, une fois de plus, sera le pays où il fait bon être désolé et où on applique avec joie et opportunisme le fameux syndrome de Vasa.
Soyez désolé Monsieur le Président, c'est tout ce qu'il nous reste.

Pour signer la pétition, c'est urgent, faites-le, merci :
Pour lire les propos du Président désolé de ce qui arrive et que même, oui, oui, il aime bien Candilis :

Pour vivre le travail de Georges Candilis :





















Cette carte postale des éditions de la Carterie Occitane F. Loubatières nous montre Toulouse le Mirail et plus particulièrement son centre socio-culturel et sportif. On devine derrière l'un des immeubles d'habitations et devant, un peu difficile à lire, le monument de Tarass Chevtchenko. La carte fut expédiée en 1971. On comprend d'ailleurs le glissement des automobiles sous la dalle et la beauté structurelle du centre socio-culturel sur le même modèle que l'université. On notera comment le photographe place la végétation dans le cadre, avec la verticale de l'arbre venant cadrer les fonctions.
Dans le très bel ouvrage Toulouse-le-Mirail, la naissance d'une ville nouvelle, on trouve quelques éléments, les photographies sont de Taki Candilis :