jeudi 22 avril 2010

Joyeux anniversaire Brasilia !

Chère Brasilia,
Monsieur Chaslin m'apprend dans son émission Métropolitains qu'aujourd'hui c'est ton anniversaire.
Alors voici une petite vidéo pour toi :
video

Je t'ai découverte avec Jean-Paul Belmondo bondissant de cascade en cascade sur ton chantier dans ce merveilleux film l'homme de Rio que j'ai vu tant et tant de fois.
J'ai appris à aimer ton audace, ta réalité.
Je ne t'ai pas encore visitée. Non. Tu restes floue, un peu loin, dans une poussière rouge.
Je ne sais pas si finalement j'irai te voir.
Mais je t'aime Brasilia
Je t'aime.
Comme on aime une aventure, une utopie.
Alors Joyeux anniversaire Brasilia !
Longue vie !
50 ans tout de même...
Alors je t'offre toutes mes cartes postales qui te montrent belle et incroyable, toutes...
On commence fort avec une série vue partiellement. J'ai cette série depuis... Oulala... longtemps !
On voit la ville soit en construction (magique...) soit juste sortie de terre. Un must de ma collection, une vraie rareté.
En plus la qualité éditoriale est au rendez-vous puisque l'ensemble est en véritable photographie par Agenor publié par Foto Postal Colombo.
Attention les yeux !




un détail des vitres couvertes d'inscriptions CVB (?).





On retrouve des sièges bien connus... Barcelona de Mies van der Rohe.

édition Edicard, Conjunto Nacional

édition Edicard, Aerial View-Alvorade Palace

édition Colombo, le même lieu, carte envoyée par Claude depuis... Paris !

édition Souvenir Brasilia Ltda.

édition Mercator, carte postale envoyée par Claude depuis... Ozoir la Ferrière !

édition Grafica Franco Brasileira LTDA, le congrès national, expédiée par Claude depuis... Charenton !

édition Brasilia Ltda, la Cathédrale

édition Edicard, la cathédrale

édition Souvenir Brasilia, les Super Quadra.

édition Edicard, la station de bus et l'axe monumental.

édition Souvenir Brasilia Ltda, le Congrès National, carte postale offerte par Marc Hamandjian avec une bise au singulier !

Mais lequel choisir ?

édition Brasilia Card, la cathédrale.

édition Mercator, le Congrès National.


Egon Jux, des ponts

J'aborde assez peu souvent ici le génie civil.
Pourtant derrière le pare-brise de mon automobile, je sais me régaler des piliers, des bretelles, des ponts que je croise en rêvant même parfois de pouvoir stopper la dite auto au bord de la route pour prendre quelques images.
Mais souvent il s'agit de lieux faits pour le passage rapide, moins pour la flânerie.
Alors quand je trouve des cartes postales me permettant soit de retrouver ces lieux soit de les espérer je ne résiste pas.
Voyez :


Nous sommes au Luxembourg et la carte postale Italcolor nous montre le Pont Grande Duchesse Charlotte.
La prise de vue spectaculaire projette les piliers du pont vers l'autre rive. On est tout de suite impressionné par la qualité du dessin et la couleur de cet ouvrage d'art. Mais aussi par sa position surplombante au-dessus de maisons qui semblent bien petites en dessous. Comment vit-on là sous la masse ?


Je retrouve en rangeant cette autre vue du pont. Ici le photographe a choisi de nous montrer la chaussée même si on devine les piliers rouges à gauche. Au fond une belle barre domine fièrement elle aussi l'horizon. Il s'agit d'une édition Paul Krauss.
Grâce au magnifique et prolixe site Structurae, je trouve facilement le nom de l'architecte de cet ouvrage : Monsieur Egon Jux.
Ce nom est bien étrange et sonne pour moi comme un nom de roman, de fiction, le héros de quelque livre d'aventures...
Mais il est bien réel.
Il a d'ailleurs aussi dessiné ça :


Superbe aussi non ?
Cette carte postale Color-Dia par Hanz Hartz, nous place à Hambourg. Des informations en allemand :
Köhlbranhochbrücke.
Gesamtlänge mit auffahrtrampen 3.975 m
Höhe : 53, 8 M über mittlerem Wasserstrand
Pylonhöhe : 135 m.
Quel dessin là aussi ! Quelle finesse de métal ! Comme des diapasons géants !
Le photographe a dû demander les horaires des marées, rendre visite à la capitainerie du port pour savoir à quel moment un cargo suffisamment spectaculaire passerait là pour nous donner l'échelle et nous faire croire au voyage. Le Victoria passe sous le pont tiré par deux remorqueurs avec la proue zébrée de l'ombre du pont.
Le métal flotte, le métal porte.