jeudi 19 avril 2012

un blog avec de vrais morceaux d'architecture dedans

Parfois je suis un incorrigible fétichiste et mes amis nourrissent mon vice...
Au pied de la Cité Radieuse de Marseille, alors que les balustrades étaient en réfection, je ne pus m'empêcher de passer ma main au travers du grillage du chantier pour ramasser un morceau de l'édifice sacré...
Ce fragment marseillais trône aujourd'hui dans ma bibliothèque comme une belle prise même si je suis finalement le seul en le voyant à savoir son histoire. Il ne s'agit que d'un bout de béton. Un caillou.
Mais aujourd'hui la mode est aux galeries et aux salles des ventes qui vendent des morceaux de façades de Jean Prouvé, des luminaires de Chandigarh.
Alors je ne suis finalement qu'un tout petit glaneur bien sage.
Voici le morceau :






















Et voici quelques vues du chantier, moulages des nouvelles balustrades :

















Et comme mes amis connaissent ce vice et qu'eux-mêmes parfois peuvent l'exercer soit en vrai soit dans leurs rêves, ils m'apportent dans de jolies boîtes des morceaux d'architectures que je vénère un peu trop.
Voici ces autres morceaux :



























Devinerez-vous d'où ils peuvent bien provenir ?
Je vous donne un indice mais attention ! Il y a un piège !






















Vous aurez tous reconnu les Etoiles de Jean Renaudie à Givors. Il s'agit d'une carte postale éditée par la Maison du Fleuve Rhône par S.L éditions. La très belle photographie est de Jacques Del Pino qui a su plonger la tête la première dans ce chef-d'œuvre absolu du logement en France.
Je vous donne quelques détails des terrasses :




































Pourquoi toute cette humanité, cette intelligence, cette compréhension d'un espace construit, pourquoi toutes ces leçons d'architecture ont-elles tant de mal à faire école ?
Givors et Ivry sont parmi les plus beaux paysages français. Merci Monsieur Renaudie.
Mais...
Mais ces morceaux d'architecture, ces pépites de béton ne viennent pas de Givors....
Elles viennent en effet du chantier d'Ivry et me furent offertes par Dominique M. qui, lui, chérit Guimard. Je promets à mon ami Dominique que si l'occasion m'en est donnée, je volerai pour lui un morceau de Guimard, une balustrade, un banc, un moellon tourmenté !
Les spécialistes du béton jugeront de la différence de granulométrie des deux architectures mais je me permets d'égaliser cela. Que voulez-vous ? Quand la matérialité de l'architecture prend forme dans des cailloux ainsi chargés d'amitié et de souvenirs, j'ai droit à ma sentimentalité !
Je vous donne deux photographies du chantier d'Ivry prises et offertes par Dominique M.
Et merci, merci Dominique !











3 commentaires:

Ingrid a dit…

Bonjour,
Si vous souhaitez un petit bout de la Maladrerie d'Aubervilliers, je vous grattouille un petit bout de ma terrasse ;-)

grossebourse a dit…

haha énorme !
J'y avais pas pensé mais oui, c'est une bonne idée !
Fallait me dire que tu passais sur Marseille, je t'aurais vu en vrai (j'habite a deux pas du corbu en plus) !

Liaudet David a dit…

c'était il y a longtemps...promis la prochaine fois tu nous fais la visite !
bien à toi.