lundi 21 mars 2011

le théâtre de l'architecture


Et si finalement, comme ça, l'air de rien, si je vous disais tout de suite que oui j'aime cette carte postale ?
Oui j'aime cette architecture démente (au sens qu'elle va à l'encontre de la raison), ce foisonnement de signes et de citations, cet espace de la représentation, ce culte du grandiloquent.


J'aime les socles de piliers qui cachent des bouches d'aérations, ces colonnes qui cachent des escaliers de secours, ces moulures de béton inutiles mais qui font le décor. C'est un crime !
Un crime magnifique, le crime parfait puisque le coupable est connu et pas inquiété. Il agit aux yeux de tous et reconnaissons-lui au moins ce courage !
Quant à la victime, l'histoire de la modernité, elle s'en remet bien aujourd'hui camouflée dans l'idée du développement durable, des lofts sur les Hauts de Rouen, les notions de territoire.
Ici c'est un théâtre, c'est celui de Ricardo Bofill.
Il en vaut bien d'autres, de plus déguisés.
Au plaisir...

Marne-la-Vallée
Noisy-le-Grand
l'intérieur du théâtre
photo J.N Duchateau
éditions Raymon

1 commentaire:

studio a dit…

oé je comprends ce que tu veux dire dans le crime parfait. C'est comme jaques mesrine, dont je te conseille largement de lire son auto biographie pour être abasourdi par une histoire totalement extraordinaire (les deux films sont pourris)