jeudi 18 février 2010

minéralité

C'est souvent cela qui est détesté :


Des barres placées à l'orthogonale de tours qui n'en finissent pas d'être, du bas vers le haut, identiques.
Et même si la vue donne sur une flaque de vaguelettes faite de toits agencés en centre commercial il semble difficile de ce dire que cette minéralité étendue et construite est vivante.
Peut-être que justement, de par un cadre de vie resserré sur lui-même, dans des appartements parfaitement conçus mais étanches les uns des autres, on croit toujours que personne n'y habite.
Et la réticence que procure ce genre de lieu (et ici d'image !) pourrait naître donc de l'absence visible de résidents et de leur appropriation du quartier.
L'inverse totalement opposé à ce genre de lieu pourrait être l'habitat de Monsieur Hulot qui totalement bordélique d'un point de vue constructif s'apparente pourtant à une machine joyeuse car il oblige ses habitants à des croisements et des arrangements d'espace permanents. Ne pas trop vite, s'il vous plaît en déduire quoi que ce soit sur Tati et l'architecture moderne.
Ici la surprise disparaît au profit d'une égalité (sans jeu de mot) de façade. Et de cette égalité répétée à l'envie en formant une grille superbe non-appropriable naît l' implacable.
Mais j'avoue j'aime ça.
En fait j'aime mieux ça que la poésie minable d'une jardinière de géranium. Étrangement je m'interroge sur le niveau d'appartements qui n'a dans sa visée de balcon que les toits pagodes à regarder.



Cela doit être bien étrange comme point de vue.
La carte postale Guy nous donne le nom de l'architecte Michel Holley et nous signale au fond l'université de Paris 1, centre Tolbiac mais là sans nous dire que Messieurs Andrault et Parat en sont les architectes.
Pourtant, sans nul doute il s'agit d'un chef-d'oeuvre bien dégradé aujourd'hui.



2 commentaires:

grossebourse a dit…

C'est vrai, cette architecture horripile tout le monde en général "ce sont des prisons", des "cages".

"Mais j'avoue que j'aime bien"

Pareil ! Je crois que cela est liée au fait que moi et toi par exemple aimons et voyons souvent ce genre d'architecture. Avec l'habitude, on aime. Sans habitude, c'est l'inconnu c'est la peur, on aime pas (le texte que j'ai fait récemment m'a aidé a faire ce constat) C'est con mais ce n'est pas plus compliqué je pense.

Quand je vois c'est façade minérale comme tu dis, je vois qu'elles ont du caractères. C'est le Corbu. L'esprit du Corbusier est là.C'est ça.

C'est vrai, je suis complètement dans la mouvance Corbu (idéologie et estétique).

lofta a dit…

la dalle tolbiac ou l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire...A visiter: les sous sols, la rue du javelot a parcourir en vélo....savoir que l'école d'architecture paris tolbiac etait au rdc et sous sol de la barre opposée pendant presque 20 ans fait froid dans le dos pour les étudiants dont j'ai fait partie. Je regrette que tu ne releve pas souvent le coté déshumanisé de l'architecture brutaliste ou minérale...c'est son plus gros défaut...l'autre est la faiblesse souvent pathétique des espaces publics et des espaces perdus qui sont pléthoriques..