dimanche 17 mai 2009

la réponse de Monsieur Claude Parent

Bon, c'est un peu délicat mais je crois que c'est nécessaire.
Monsieur Claude Parent répond lui-même aux questions que je pose dans mon dernier article par un courrier qu'il m'adresse.
Je n'aime pas beaucoup publier ma correspondance mais voici :
"...J’ai été content de retrouver la carte postale premier jour de la MJC de Troyes ; Comme vous l’avez deviné le dessin du bâtiment a été fait après réalisation, ainsi que le tampon.

Mais le timbre officiel de la poste a bien été réalisé par un jeune Prix de Rome de gravure. Qui est venu me voir mais n’a rien compris au bâtiment.

Mes associés dans ce projet sont Georges Patrix, peintre et designer qui s’est occupé de l’intérieur et des couleurs ; il est mort.

Et Guy Vacheret, jeune architecte qui travaillait chez moi et qui était spécialiste en architecture des castors (je construis moi-même mon logement) et club des jeunes.

Le ministre qui patronnait tout ça était Herzog l’alpiniste, il est venu à l’inauguration.

Ma maison était un prototype industrialisé qui permettait par éléments qui permettaient des combinaisons différentes autour de la salle de théâtre pivot.

Malheureusement, le ministre a changé et la politique aussi, il a été rasé avec mon accord après avoir servi pendant une dizaine d’années pour les combats entre blousons dorés et blousons noirs de la ville : Bataille et destruction progressive jusqu’à ce que la gendarmerie  découvre un mort dans le théâtre fermé.

 

Piet blom, c’est incroyable !

 

Amicalement, Claude Parent "


 Le reste de la lettre, je le garde pour moi et c'est vraiment jubilatoire ...

C'est curieux mais dans cet extrait on retrouve avec Monsieur Vacheret l'évocation des clubs des jeunes dont on parlait récemment. Pour les castors, je dois avoir une carte postale quelque part.

Et voilà, même deux !


Commençons par en avion au dessus de... Poissy, Enclos de l'Abbaye, les castors, une carte postale Lapie en véritable photographie au bromure ! On devine les pavillons qui, pour certains ne sont pas terminés. Je crois qu'il s'agissait d'auto-constructions sur un système d'entraide collective, chacun aidant l'autre à la réalisation de sa maison. Le principe est assez intéressant mais du point de vue de l'architecture c'est assez sommaire. C'est un peu la maison du bonheur. Mais bon, après tout j'habite dans une maison Phénix de 1975 qui n'est autre qu'une machine à habiter. Dalles bétons, charpente métallique (fierté de mon père !) et revêtement crépi blanc. On n'oublie pas les volets en plastiques en accordéon et les gouttières carrées elles aussi en plastique ! Toujours sur la nôtre, je refuse qu'on y touche ! Et là, je fus et je suis heureux c'est le quartier général du sauvetage de Sens, c'est mon atelier de lithographe. Donc les Castors ont sûrement trouvé dans leurs murs chargés d'amitié et de solidarité un bonheur qu'on n'a pas le droit de leur reprocher même si vraiment architecturalement...

Un autre exemple de Castor mais je ne suis pas certain qu'il s'agisse du même programme mais peut-être tout simplement du nom du quartier.


Nous sommes à Ris-Orangis, en avion au dessus de... les nouveaux immeubles des Castors. Expédiée en 1963, cette carte postale Lapie ne nous montre malheureusement pas encore le supermarché de Monsieur Claude Parent. Il n'est pas encore construit. Décidément, la boucle est bouclée.

Il est encore debout ce supermarché. Allez le voir, la passerelle à elle seule est digne du plus beau bunker de l'atlantique.

2 commentaires:

urbanbike a dit…

Voilà un archie que ne se la pète pas… Et c'est très agréable…

Silvia a dit…

Monsieur Parent est très aimable! Dans mon pays les architectes sont d'habitude très présomptueux.
En novembre on célèbre en Espagne un congrès d'architecture religieuse moderne. Si vous êtes intéressés, plus d'information ici :

http: // www.arquitecturareligiosa.es/index.html