lundi 4 août 2008

Claude Balick, architecte






J'ai fait la jonction entre deux lots de cartes postales. Le premier lot nous montre les hameaux de la Roche à Ris-Orangis que nous parcourons surtout pour l'extraordinaire supermarché de Claude Parent. Ici, un petit ensemble résidentiel ressemblant à un coron verdoyant serpente sur un terrain. Les maisons sont en décrochement l'une de l'autre et un petit brise-soleil est visible sur chacune des façades. Les haies sont juste plantées sur des parcelles minuscules. Comment arpente-t-on aujourd'hui cet îlot ? C'est un curieux mélange de pavillon, de modernité et de tradition. Les ouvertures sont grandes et les façades en retrait comme le toit d'ailleurs. Etrange...En tout cas cet ensemble a eu le droit à une belle édition par Draeger en procédé 301 pour les éditions Yvon. Je vous montre le N°3 et 6 de ce qui devait être une série et une carte des éditions Borde en exclusivité de la librairie Daniel Bouxin. Il faut croire que ce hameau était très apprécié pour avoir le droit à autant d'éditions. Cet ensemble est de Claude Balick architecte D.P.L.G nous dit Yvon.
De ce même architecte voici à Fontenay-le-Fleury dans les Yvelines le Parc Montaigne. C'est élégant, un rien chic. Ce n'est pas ébouriffant mais c'est bien dessiné avec un goût pour les matériaux nobles. Tout cela sent le cadre moyen-supérieur. Mais quoi ?
J'ai peu d'informations sur Claude Balick mais notre guide nous donne quelques pistes (un peu longues) sur une opération au Chesnay à Parly 2 :
Si on admet que tout espace, dont la signification émotionnelle ou psychosociale est supérieure à la valeur fonctionnelle, peut être considéré comme un espace sursignifié, alors Parly 2 "la plus belle résidence de France", est aussi le plus bel exemple d'espace "sursignifié" de France.
La commercialisation de cette réalisation immobilière a été axée sur un désir de promotion sociale, de valorisation de l'individu par l'acquisition d'un appartement dans un endroit donné.
Pour cela, on a fabriqué de toutes pièces une image de marque rassemblant la totalité des clichés qui symbolisent les valeurs sociales et morales, les signes extérieurs de bonheur de la classe sociale prise pour cible commerciale. Nationalisme, nostalgie du passé, mythes du moment, ont été employés comme arguments de vente.
Ainsi, Parly 2 offrait des quartiers au nom prestigieux, historiquement ; des matériaux nobles, qui font la "chaleur" d'un logis et le signe extérieur d'aisance ; des appartements à décoration française, classique et bourgeoise ; des drugstore et shopping center, parce qu'acheter tout à n'importe quel prix ne pose plus de problème ; des espaces verts, jouxtant le musée de l'arbre ; des hectares de jardins pour les enfants ; des loisirs, valorisateurs socialement ; et même des esclaves puisque Parly 2 "est une ville où ne travaillent que ceux qui sont là pour vous servir".
Nous n'offenserons personne en ne parlant ni des pelouses interdites aux enfants qui de ce fait jouent sur le bitume, ni de ces mêmes pelouses envahies par les voitures parce que les parkings sont insuffisants, ni des piscines qui n'ont jamais été que "des signes" de piscines, ni de l'absence du tapis de forêt où l'œil devait se poser, ni des appartements de conception architecturale si anodine, ni des carences de l'insonorisation.
C'est très dur... Est-ce la même chose pour Parly 2 et Fontenay ? J'ai un peu peur que oui. Mais aujourd'hui ? Comment vit-on ici et là ?
Monsieur Balick a-t-il fait d'autres projets moins ciblés ?

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Eh bien si vous souhaitez vous faire une idée du Parc Montaigne à Fontenay le Fleury de nos jours, et par la même occasion de l'architecture de Claude Balick 44 ans après sa construction, je vous invite à y faire un tour.

Le Parc Montaigne j'y suis né il y a 36 ans, j'y ai rencontré ma femme au bac à sable et nos enfants représentent la troisième génération heureuse d'habiter dans cet endroit unique.

C'est le cas pour nous et pour bon nombre de nos amis d'enfance qui, eux aussi, n'ont jamais réussi à décoller de la Résidence tellement les avantages y sont uniques : résidence faite de matériaux nobles (pierre de taille, et acajou aux fenêtres), des squares fermés à la circulation, une résidence au bord des champs inconstructibles car, dans la perpective du chateau de Versailles, les commerces de proximité au milieu de la résidence, un parc de loisir de 3ha avec piscine, tennis et jeux pour enfants etc.

L'été, la Résidence se transforme en Club med. Les gens se promènent en tenue légère dans les squares avant d'aller se baigner à la piscine.

Les écoles sont à proximité (300m) et les appartements sont à un prix en dessous du marché à standing équivalent (2800€ du m2).

Le Syndic n'est pas professionnel, et a toujours sû gérer au mieux la maintenance des immeubles qui n'ont pas beaucoup bougé en 44 ans, la verdure étant, elle, exhubérante !!!

Voila en quelques mots de ce qu'est devenue la Résidence du Parc Montaigne à Fontenay-le-Fleury : un exemple d'architecture à vivre, pas trop ambitieuse à l'origine pour que le temps ne la démode pas outre-mesure...

Liaudet David a dit…

Merci pour ce magnifique témoignage. il semble que Claude Balick a fait du bon travail car les habitants de ses architectures témoignent tous de la qualité de vie au sein de ses constructions. le bonheur peut prendre beaucoup de chemin. Y faire un tour est dans mes projets. Merci encore.

Anonyme a dit…

Il y a des contre-exemples :
http://www.gipgrignyviry.fr/

Anonyme a dit…

Moi j'habite depuis 24 ans dans un ensemble d'immeubles dessiné par Claude Balick, donnant sur 2 rue à Paris 75005 : 25 rue Henri-Barbusse/14 bis rue Pierre-Nicole. Cette architecture de verre et de bois est vraiment superbe. Après avoir été locataire pendant plus de 10 ans, je suis maintenant propriétaire...

Liaudet David a dit…

Oui Claude Balick a fait une architecture digne et souvent belle. regardez bien sur ce blog vous trouverez d'autres réalisations de ce monsieur...
Merci de votre témoignage.

Liaudet David a dit…

ici par exemple votre immeuble !

http://archipostcard.blogspot.com/2010/02/une-promenade-en-5eme.html

JPhG a dit…

J'y ai passé mon adolescence, je suis devenu architecte et ma mère y habite toujours.. Les arbres ont poussé, j'ai toujours joué sur les pelouses et mon frère aussi... Parly 2 est une quasi unique expérience de cité-jardin, voitures et piétons relativement séparés, immeubles ne vieillissant pas (parce bien entretenus, mais pas seulement)... Parly 2 est le reflet d'une époque certainement plus optimiste envers la société de consommation, mais non dénuée d'intérêts...

Liaudet David a dit…

quand le cadre de vie oriente le désir professionnel !
merci de votre témoignage, il semble que Mr Balick, une fois encore donne le ton d'une architecture vivante.